Utah Beach

Utah Beach est l’une des cinq plages du débarquement de Normandie du 6 juin 1944. C’est la plage la plus à l’ouest des zones du débarquement et la seule située sur la côte nord-est du Cotentin, Utah Beach s’étendait de Sainte-Marie-du-Mont jusqu’à Quinéville sur environ 5 km de long, avec une zone d’assaut principal à hauteur de Varreville.

Elle fut ajoutée aux plans initiaux du débarquement, du fait d’un plus grand nombre de chalands de débarquement finalement disponibles et permettait ainsi d’avoir une tête de pont plus proche du port de Cherbourg. La 2e DB, commandée par le général Leclerc, y débarqua 30 juillet 19441. Le débarquement à Utah Beach fut certainement le moins coûteux en vies humaines et celui avec les résultats, à la fin de la première journée, les plus proches des objectifs initiaux des Alliés. La 4e division d’infanterie américaine n’y rencontra qu’une relativement faible résistance ennemie, en contraste avec Omaha Beach l’autre plage du secteur américain. Les fortifications allemandes y étaient moindres du fait d’une configuration des lieux jugée peu propice par les Allemands pour un débarquement. En effet, la plage se trouve sur un cordon littoral adossé à des zones marécageuses. Le débarquement américain sur Utah sera donc précédé d’une opération aéroportée de nuit, elle coûteuse en vies humaines, sur Sainte-Mère-Église et Chef-du-Pont afin de contrôler les quelques routes au travers des marais permettant les sorties de plage.

Cette plage, particulièrement propice à un assaut amphibie, verra ses défenses renforcées après que le maréchal Rommel détectera de nombreuses faiblesses dans le dispositif défensif allemand lors de ses multiples visites d’inspection. Ainsi, les dunes entre la baie des Veys etSaint-Vaast-la-Hougue seront truffées de nids de mitrailleuses et sur les hauteurs de l’arrière-pays seront aménagées quelques batteries lourdes, notamment à Azeville, Crisbecq, Morsalines, La Pernelle. Néanmoins cette zone restera moins fortifiée que d’autres zones de la côte normande du fait que les Allemands estimaient que les marais et les zones inondées rendaient difficile un accès à l’intérieur des terres.

Initialement, les Alliés n’avaient pas prévu de débarquer sur les côtes du Cotentin. La proximité du port de Cherbourg et la nécessité de disposer d’une solution de repli au cas où la situation tournerait mal sur les plages du Calvados, décidèrent les responsables du haut commandement allié (le général Eisenhower et le maréchal Montgomery) à ajouter une cinquième plage. Un plus grand nombre de chalands de débarquement disponibles permit cette plage supplémentaire.

L’endroit retenu reçut le nom de code d’Utah Beach. Il s’étend de Sainte-Marie-du-Mont jusqu’à Quinéville, avec une zone d’assaut d’environ deux kilomètres à hauteur de Varreville. Afin de permettre une sortie de plage des troupes fraîchement débarquées et qu’elles ne se trouvent pas bloquées entre la plage et les marais, les Alliés décidèrent d’engager deux divisions parachutistes, la 82e et la 101e divisions aéroportées américaines qui devront pour cela établir un point de fixation sur la zone de Sainte-Mère-Église et Chef-du-Pont et contrôler les quelques routes d’accès aux plages. Ils doivent également prendre le contrôle de la N 13, route nationale reliant Paris à Cherbourg via Caen et d’importance stratégique, cela afin d’éviter tout mouvement de troupes ou contre-attaque ennemis par cette voie et aussi de couper la liaison avec la forteresse de Cherbourg. Dans ce même but, ils doivent également contrôler la ligne de chemin de fer reliant Caen à Cherbourg, les ponts de la Douve et le contrôle du canal de Carentan à la mer. L’assaut aéroporté porte les noms d’opérations Albany et Boston.

C’est la 4e division d’infanterie américaine du major général Barton, appartenant au VIIe corps américain commandé par le général J. Lawton Collins, qui fut chargée de prendre d’assautUtah Beach. La première vague d’assaut est menée par le brigadier général Theodore Roosevelt Junior, cousin germain de l’épouse du président américain en exercice, Franklin Delano Roosevelt (dont il est également un lointain cousin), fils de l’ancien président Theodore Roosevelt et seul général, ce jour du 6 juin, à accompagner une vague d’assaut. Ce débarquement bénéficie de l’appui feu du groupe de bombardement de l’amiral ML Deyo et d’un écran de fumée lancé par le squadron 342, groupe Lorraine des ex-forces aériennes françaises libres. En tout ce sont plus de 865 navires, la « Force U », de convoyage, de protection ou d’appui aux troupes à terre qui seront impliquées dans le débarquement sur Utah Beach.

C’est à h 30 le 6 juin, après une intense préparation d’artillerie et d’un bombardement aérien efficace des principales positions allemandes, que la 4e division d’infanterie US est engagée. Deux escadrons de chars DD amphibies sont mis à l’eau à 3 kilomètres du rivage. Ils rejoignent la plage par leurs propres moyens grâce à deux hélices et une jupe de caoutchouc. Ils s’approchent en deux vagues d’assaut, 12 chars pour l’une, 16 pour l’autre, de la plage où ils commencent à tirer sur les positions des Allemands alors que ceux-ci peinent à réorganiser leur défense après le terrible et efficace bombardement allié qui vient juste de cesser.

En raison d’une erreur de navigation, les premières vagues d’assaut prirent pied à environ 2 kilomètres au sud de l’endroit prévu. Heureuse erreur pour les Alliés puisque les défenses allemandes étaient ici nettement moins redoutables. Pendant le début du débarquement de la division d’infanterie américaine, les tirs allemands sont nourris mais peu précis et peu à peu, les positions de mitrailleuses allemandes sont rapidement neutralisées. Il subsistera tout au long de la journée des tirs aléatoires mais meurtriers des canons et mortiers de la 709e division d’infanterie allemande située dans les terres mais que l’avancée des troupes à terre et les tirs guidés des navires alliés réduiront progressivement.

La plage est aux mains des Alliés assez rapidement. La marée se retirant, découvre les défenses des plages que les unités du génie commencèrent à éliminer moins d’une heure après le début du débarquement, afin d’ouvrir des passages aux chalands de débarquement de matériels et véhicules lourds. Deux heures après le débarquement, le mur antichar fut dynamité en plusieurs endroits et les chars purent commencer leur progression à l’intérieur des terres. La jonction des troupes débarquées et des parachutistes se fit en début d’après midi du côté de Pouppeville.